Pensez comme un investisseur pour réussir votre business!

Pensez comme un investisseur pour réussir votre business!

Dirigeants et réussites

Le capitalisme de risque regorge d'histoires qui sont devenues légendaires.

Un investissement de 990 $ pour 45 actions d'une société basée dans un garage, nommée Apple, aurait rapporté 394 758 $ en dollars 2017 après son premier appel public à l'épargne, soit un retour sur investissement de près de 40 000 pour cent. De la même façon, peu de gens auraient pu prédire qu'Amazon deviendrait un géant du commerce électronique qui pourrait livrer des millions de produits par heure, mais ceux qui ont été assez malins pour parier 5 000 $ aux débuts d'Amazon ont aujourd'hui 2,4 millions de dollars. Erik Finman, un lycéen qui a abandonné ses études, a parié 12 $ dans une monnaie en ligne obscure appelée Bitcoin en 2011, ce qui a fait de lui un millionnaire à l'âge de 18 ans.

Beaucoup diraient que ces résultats sont des coups de génie fondés sur la chance plutôt que sur la stratégie. Cependant, d'après mon expérience, ces preneurs de risques étaient plus intelligents que nous ne le croyons. Ils prouvent un mantra utile : un investisseur prospère ne demande pas : "Est-ce que ce business marchera ?" mais plutôt : "Que va-t-il se passer si c'est le cas ?".

Les investisseurs ne devraient jamais chercher une chose sûre. Tren Griffin, un dirigeant de Microsoft a déclaré que "un investisseur doitt être opposé pour surperformer le marché" c'est-à-dire qu'un investisseur ne peut pas battre la foule s'il en fait partie. Les investisseurs devraient plutôt s'engager dans des entreprises jugées trop difficiles ou trop risquées par d'autres sociétés de capital-risque.

L'anticonformisme intentionnel n'est en aucun cas un nouveau concept chez les investisseurs (c'était une partie importante de ma philosophie d'investissement en tant que VC chez American Family Insurance). Cependant, je le trouve rarement dans la boîte à outils typique de l'entrepreneur. Et je crois que, lorsqu'il le concept est appliqué correctement, il peut fournir des conseils importants sur la création, le lancement et la croissance d'une entreprise. En fait, cet état d'esprit de risque vs. d'évitement a encadré mon processus de prise de décision pour la fondation de Clearcover. Voici quelques histoires de notre voyage jusqu'ici.

Distinguez votre entreprise dès le premier jour.

Investir, c'est avant tout prendre des décisions, tout comme bâtir une entreprise. Dès le début, un fondateur prend d'innombrables décisions quotidiennes qui façonnent l'entreprise pour les années à venir : qui embaucher, où se lancer, quels partenaires choisir. En plus des décisions axées sur la création de valeur pour les clients, les dirigeants devraient aussi se demander comment cette décision les sépare de la foule. Ironiquement, de nombreux entrepreneurs prennent le risque ultime en démarrant une nouvelle entreprise, mais ils hésitent ensuite à prendre des décisions risquées. Les choix peu traditionnels sont essentiels pour se démarquer auprès des entreprises de capital-risque et des clients.

Notre stratégie d'embauche est une façon de miser sur cette approche. On tient à embaucher quelqu'un qui a un talent qui résout un gros point faible spécifique de l'entreprise. C'est embaucher pour la force, pas pour une "absence de faiblesse". Je n'ai pas rencontré beaucoup d'entreprises à l'aise avec ce type d'investissement si tôt, mais c'est un risque réfléchi que nous mettons toujours en évidence dans un pitch deck.

Les partenariats offrent une autre possibilité de différenciation. La combinaison des technologies omniprésentes d'aujourd'hui, de la facilité d'intégration et de l'ouverture d'esprit des consommateurs à l'égard des nouvelles expériences ne doit pas être négligée. Les start-ups ne peuvent pas se limiter à définir le succès comme un partenariat avec les organismes habituels déjà choisis par leurs homologues plus importants et mieux établis. Des exemples tels que le partenariat d'Uber avec Pandora et le partenariat d'Airbnb avec Vice prouvent que des partenariats uniques sont la clé de la réussite. Ces start-ups devenues géants de l'industrie ont brisé le moule en voyant les partenariats sous un nouveau jour.

Ayez une vision claire (et peut-être un peu folle).

Nous entendons dire à n'en plus finir que les sociétés de capital-risque réalisent un investissement parfait une fois toutes les 10 transactions. En réalité, c'est probablement plus près d'un sur 50. Mais, un employé d'une capital-risque intelligent comprend, avec ces chances, que l'ampleur d'un seul succès peut dépasser de loin la fréquence des échecs. Un entrepreneur tout aussi intelligent le saura lorsqu'il prendra des décisions stratégiques et lorsqu'il entrera dans la salle de conférence.

Si un dirigeant entre dans une salle d'employés d'une capital-risque en s'attendant à un accord unanime, il aura échoué avant même d'avoir commencé. Le but devrait plutôt être d'approfondir l'intérêt de ceux qui ont une opinion minoritaire dans la salle et qui peuvent clairement voir la proposition de valeur " et si… ". Lors de la présentation, toutes les facettes de l'exposé – de A à Z- devraient aborder la question suivante : " Que se passerait-il si cela fonctionnait vraiment ? " Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas prendre en compte les risques. Cela signifie simplement que vous ne laissez pas les risques vous distraire de ce qu'il pourrait se passer si tout se passe bien.

Prenons Ring, la sonnette vidéo intelligente qui a fait ses débuts au point culminant lors du développement de la maison connectée, ou smarthome. Après avoir donné un speech à notre équipe d'AmFam VC (société de capital-risque), nous avons immédiatement investi, principalement grâce à la capacité du créateur de Ring à vendre le produit et ce qu'il pourrait se passer si le produit est un succès. Ce que beaucoup considéraient comme un bibelot s'est avéré être la combinaison parfaite d'un produit que les consommateurs aspiraient à posséder et d'un service qui leur procurait une tranquillité d'esprit. Ceux qui ont laissé leur scepticisme (raisonnable) l'emporter sur les premiers signes indiquant à quel point le produit pourrait être un succès ont raté une belle opportunité.

Développez-vous différemment.

Voici une expérience rapide pour la prochaine fois que votre équipe sera confrontée à une décision importante. Avant de déterminer laquelle de vos idées fonctionnera réellement, partez du principe que toutes vos idées fonctionneraient et classez-les en fonction de l'impact qu'elles auraient sur votre entreprise. Ensuite, déterminez lesquels de ces résultats peut être concrétisé et ainsi de suite.

Cette approche ne devrait pas être votre seule façon de prendre des grandes décisions, mais elle peut être utile pour générer des points de vue alternatifs. Elle s'applique également aux entreprises de toutes tailles : la diversité d'employés, l'expansion des produits et des stratégies de partenariat sont tous utiles pour les petites et grandes entreprises.

Bien que la voie conventionnelle peut mener au succès, avoir une mentalité de "Et si ça marchait ?" est une façon de se conditionner pour obtenir des résultats hors du commun. Cela contribuera à votre réputation auprès des investisseurs et vous rendra vainqueur plutôt que d'essayer de rattraper vos concurrents. Comme l'a dit un jour le vice-président de Berkshire Hathaway, Charlie Munger : "Trop de compétences et pas assez d'ambition ne vont pas bien ensemble".

Optez toujours pour l'ambition.